FACEBOOK VA BIENTÔT VOUS DIRE SI VOS DONNÉES ONT ÉTÉ PIRATÉES PAR CAMBRIDGE ANALYTICA

Vous allez bientôt savoir si votre compte Facebook fait partie de ceux qui ont été siphonnés par l’entreprise Cambridge Analytica. Pour rappel, cette entreprise aurait récupéré des données personnelles de 87 millions d’utilisateurs de Facebook de façon illégale à des fins politiques.

87 MILLIONS DE COMPTES CONCERNÉS DONT PLUS DE 200 000 EN FRANCE

En effet, en 2014, les utilisateurs qui ont donné accès à leurs données personnelles en participant à des tests psychologiques via l’application “thisisyourdigitallife” sont exposés. Cette application a récupéré des informations personnelles et les a transmises à leur insu à la société Cambridge Analytica qui les a utilisées pour mettre au point un logiciel dans le but d’influencer les Américains dans le cadre de la campagne présidentielle pour l’élection de Donald Trump.

Ainsi, face à la polémique, Facebook a décidé d’informer les utilisateurs qui ont été victimes de ce siphonnage de données personnelles. Même si la majorité des 87 millions de comptes concerne les Etats-Unis, on dénombre tout de même 211 667 comptes Facebook français et plus d’1 million de comptes au Royaume-Uni.

A partir de ce lundi 9 avril, les utilisateurs concernés recevront un message de la part du réseau social qui affichera en détail sur leur fil d’actualité quelles sont les informations que Cambridge Analytica a pu récupérer. De plus, les plus de 2 milliards d’utilisateurs actifs de Facebook recevront une notification pour les informer sur les pratiques à mettre en place afin de mieux protéger leurs données personnelles. Un lien permettra de voir quelles sont les applications auxquelles vous avez donné accès et auquel cas, en révoquer son autorisation.

En plus de cela, suite aux révélations d’un employé de Facebook, le réseau social a souhaité revoir les contrôles de protection de la vie privée et le système de restriction d’accès aux données. Enfin, selon le site TechCrunch, Facebook devrait déployer une nouvelle fonction permettant de supprimer des messages envoyés dans Messenger, comme c’est le cas sur Whatsapp, une fonction qui était jusqu’à maintenant utilisée uniquement par Mark Zuckerberg.

Source :hitek

Voiture autonome : Google tente une première mondiale

Waymo, la filiale d’Alphabet (Google), vient d’annoncer le lancement d’un service de taxi assuré par ses voitures autonomes. Ces dernières circuleront toutes seules. Aucun chauffeur humain ne sera là pour reprendre le contrôle en cas de problème.

Google prend une longueur d’avance dans le déploiement commercial de voitures totalement autonomes. Waymo, la filiale d’Alphabet (la maison mère de Google), vient d’annoncer qu’elle réalisait des trajets avec ses taxis autonomes sans chauffeur de sécurité derrière le volant depuis le mois dernier. Cela se passe dans la ville de Phoenix, en Arizona, et il s’agit d’une première.

Waymo va poursuivre cette expérimentation dans les mois qui viennent en l’ouvrant au grand public. Dans un premier temps, ce service de taxi robotisé sera accessible aux personnes inscrites au programme pilote initié par Waymo. Pour commencer, les trajets se feront avec la présence d’un employé de l’entreprise, qui se tiendra sur un siège arrière de l’un des monospaces Chrysler Pacifica qui compose la flotte de taxis autonomes.

Le Français Navya concurrence Waymo avec son taxi autonome

Dans son communiqué, Waymo rappelle que le projet de voiture autonome de Google a débuté en 2009 et que, depuis cette date, plus de 5,6 millions de kilomètres ont été parcourus sur des routes publiques à travers 20 villes américaines. Une expérience complétée par des essais sur un circuit privé et des simulations informatiques durant lesquelles des logiciels parcourent l’équivalent de 16 millions de kilomètres chaque jour. Ces chiffres sont là pour rassurer quant au niveau de sécurité atteint par les voitures autonomes de Google.

Mais le géant californien n’est pas le seul à avancer aussi vite. Coïncidence (ou pas ?), la société lyonnaise Navya a dévoilé le même jour que Waymo le « premier cab robotisé de série ». Baptisé Autonom Cab, il s’agit d’un taxi électrique totalement autonome, dépourvu de poste de pilotage. Il pourra transporter jusqu’à six passagers sur des trajets intra-urbains en leur offrant divers services connectés. Il sera commercialisé à partir du troisième trimestre 2018 pour un tarif oscillant entre 230.000 et 250.000 euros.

Source :Futura-sciences.

L’Afrique a désormais son propre nom de domaine .africa

Internet : Le nom de domaine .africa officiellement ouvert au public

(TIC Mag) – L’Union africaine (Ua) a officiellement lancé le 3 juillet 2017 le nom de domaine .africa, qui sera l’identité numérique du continent. C’était lors du 29ème Sommet de l’Union qui s’est tenu à Addis-Abeba en Ethiopie. Dans la foulée de ce lancement officiel, le commissaire de l’Ua pour l’Infrastructure et l’Energie, Abou Zeid Amani, a annoncé le début d’une campagne d’incitation des entreprises et institutions à adopter le nouveau nom de domaine africain. Ladite campagne s’étendra sur six mois et concernera tous les pays africains.

Notons que la création et l’adoption d’un nom de domaine .africa est l’une des principales réalisations du mandat de la précédente présidente de la Commission de l’Ua, Nkosazana Ndlamini-Zuma qui estimait que « l’Afrique, aujourd’hui, réclame sa propre identité numérique. Le .africa nous permettra de raconter notre propre histoire ».

En principe, l’arrivée du .africa devrait mettre un terme à l’utilisation 32 ans durant du .com, du .int ou du .org par les instances officielles africaines.

Sources:TicMag

Facebook pourrait se lancer dans la production de séries TV avant la fin de l’été

Selon le Wall Street Journal, Facebook pourrait lancer un service de VOD afin de

concurrencer Netflix et Amazon. Il serait accessible depuis le réseau social.

La production originale semble être le nouveau relais de croissance des entreprises californiennes. Après Netflix, Amazon et plus récemment Apple, le réseau social Facebook souhaiterait aussi investir dans la production audiovisuelle. Selon nos confrères du Wall Street Journal, des discussions seraient en cours avec plusieurs studios. L’objectif serait de produire des émissions avant la fin de l’été. Facebook irait jusqu’à investir 3 millions de dollars par épisode, soit 12 fois le budget d’un épisode de « plus belle la vie », mais la moitié d’un épisode de « Game of Thrones ».

Mark Zuckerberg souhaiterait que son service de VOD soit directement accessible depuis le réseau social et il aurait déjà investi dans une vingtaine de séries. Les formats, type court métrage seraient aussi envisagé, un moyen de s’adapter aux habitudes de consommation des utilisateurs sur internet. Le service, financé par la publicité, pourrait être proposé gratuitement aux 1,4 milliard d’utilisateurs du réseau social.

Source :CNET France

Facebook, Instagram, Twitter… Qui est les plus nocifs pour la santé mentale des jeunes ?

Dans le cadre d’une étude, des chercheurs britanniques ont établi un classement dévoilant les réseaux sociaux les plus nocifs pour la santé mentale des jeunes. Instagram arrive en tête, tandis que YouTube fait figure de bon élève.

Quels sont les effets des réseaux sociaux sur la santé mentale des jeunes ? C’est ce que des chercheurs britanniques ont voulu découvrir en interrogeant 1500 jeunes de 14 à 24 ans dans le cadre d’une étude baptisée sobrement : « Réseaux sociaux, santé mentale et bien être des jeunes gens ».

La Société royale de Santé publique (RSPH) et le Mouvement de santé pour la jeunesse (YHM), à l’origine du projet, affirment ainsi qu’une consultation quotidienne et excessive de ces plateformes a tendance à entraîner différents troubles chez les jeunes. De l’anxiété, une dégradation de l’image de soi, des dépressions et de l’isolement, ou encore des troubles du sommeil selon l’étude, qui précise que plus de 9 jeunes sur 10 utilisent les réseaux sociaux.

Sans vraiment formuler de lien de causalité, les chercheurs relèvent également qu’en 25 ans, le nombre d’adolescents atteints de dépression ou d’anxiété a progressé de 70%. Toutefois, les réseaux sociaux, bien que très addictifs, peuvent aussi avoir du bon. Ils aideraient parfois à s’affirmer, à bâtir son identité ou à recueillir du soutien dans les moments difficiles.

Les réseaux les plus nocifs

Au cours de leur travail, les chercheurs ont comparé plusieurs réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et YouTube. Ils ont alors établi un classement allant du moins au plus nocif. Le pire réseau pour la santé des jeunes : Instagram, selon l’étude, qui provoque de l’anxiété et s’avère le plus néfaste pour l’image personnelle des jeunes. En cause notamment, les nombreuses photos retouchées qu’on y trouve. On trouve ensuite Facebook, Snapchat, et Twitter. En revanche, YouTube est perçu positivement parce que la plateforme de streaming permettrait aux jeunes de s’exprimer et de trouver du soutien parmi la communauté.

 

Enfin, les chercheurs ont formulé quelques recommandations. Ils encouragent les différents réseaux sociaux à réduire ces effets négatifs. Par exemple, en indiquant lorsqu’une photo a été retouchée, en affichant un avertissement aux utilisateurs qui restent trop longtemps connectés ou en détectant les posts traduisant un mal-être.

ParKaryl AIT KACI ALI 

Des chercheurs créent un t-shirt qui mesure la fréquence respiratoire en temps réel

Des chercheurs de l’université Laval au Québec (Canada) ont conçu un tee-shirt connecté pour détecter les maladies respiratoires. Ce vêtement intelligent capte en temps réel la fréquence respiratoire de celui qui le porte.

Les scientifiques ont publié leurs travaux le 6 mai dernier dans la revue Sensors. Leur système fonctionne grâce à un capteur sur la poitrine, composé de fibres intelligentes. Il enregistre le volume d’air pendant la respiration.

Source:20minutes.fr

 

 

Google passe à la caisse pour sauver le soldat Android en Russie

android-russie-google
Pour continuer à exploiter Android en Russie, Google fait des concessions à l’autorité de la concurrence, au terme de deux ans d’enquête.

« De la concurrence naît l’innovation ».

Ainsi Arkady Volozh commente-t-il l’arrangement amiable que Google a trouvé avec le Federal Antimonopoly Service (FAS), autorité chargée des affaires antitrust en Russie.

L’intéressé est cofondateur et principal dirigeant de la firme Internet Yandex… instigatrice du dossier au travers d’une plainte déposée en février 2015.

La plainte en question faisait état d’une distorsion de concurrence au travers des conditions imposées aux constructeurs de terminaux Android.

En tête de liste, l’installation du Play Store, subordonnée au préchargement et à la mise en avant de certaines applications Google, dont le moteur de recherche.

Une première condamnation était intervenue en septembre de la même année. Le FAS avait effectivement conclu à un abus de position dominante, retenant les principaux chefs d’accusation portés par Yandex.

À l’été 2016, quelques mois après la confirmation de sa décision en appel, l’autorité antitrust avait infligé à Google une amende de 438 067 400 roubles, soit environ 7,3 millions d’euros aux taux de change actuels.

En date du 17 avril 2017, la firme de Mountain View – dont le chiffre d’affaires 2016 a dépassé les 90 milliards de dollars – accepte de passer à la caisse.

Elle s’engage par ailleurs à ne plus exiger le préchargement exclusif de ses applications par les partenaires OEM, tout en leur laissant le choix de fournir des services concurrents et éventuellement de les mettre en avant sur l’écran d’accueil.

Sur les appareils Android actuellement en circulation (55 millions d’utilisateurs en Russie, selon Yandex), la prochaine mise à jour du navigateur Chrome devra déclencher l’ouverture d’une fenêtre proposant de choisir un moteur de recherche par défaut. Sur les nouveaux terminaux, le widget Google Search devra offrir le même choix au premier lancement.

Les parties intéressées ont 60 jours pour se rapprocher de Google afin de définir les conditions d’intégration de leurs moteurs dans la liste.

Il crée un réseau social local : « danslejura.net »

Stéphane Martin est webdesigner et développeur web, basé à Avignon-lès-Saint-Claude depuis 5 ans. Partant de son désir de s’ouvrir aux autres Jurassiens, il lance un réseau social local pour tous les acteurs et habitants du Jura.

Stéphane Martin vient de lancer  «www.danslejura.net»  Photo Christelle KLUGA Stéphane Martin vient de lancer «www.danslejura.net».  Photo Christelle KLUGA
Stéphane Martin vient de lancer «www.danslejura.net» Photo Christelle KLUGA Stéphane Martin vient de lancer «www.danslejura.net». Photo Christelle KLUGA

Stéphane Martin est webdesigner et développeur web, basé à Avignon-lès-Saint-Claude depuis 5 ans. Partant de son désir de s’ouvrir aux autres Jurassiens, il lance un réseau social local pour tous les acteurs et habitants du Jura.

« Je ne veux pas faire un Facebook du Jura, mais à l’inverse, communiquer à l’échelle locale, pour revenir à un lien de proximité et à des rencontres physiques » explique Stéphane Martin.

Une démarche participative

« N’étant pas originaires du Jura et travaillant à la maison avec nos enfants, nous avons eu ce besoin d’ouverture sur les autres, et de partager avec autrui, autour d’une passion commune, de centres d’intérêt » explique l’ingénieur informatique. « Ce réseau social a pour objectif de nouer des contacts et de créer des choses ensemble, pour être plus riches, créatifs ou drôles, dans une démarche participative. Les autres réseaux sociaux ne résolvent pas cette problématique, mais se contentent, le plus souvent, d’afficher la vie de chacun sur un mur, sans cette notion de regroupement ».

Un site de lancement

« Je me suis demandé comment créer quelque chose qui promeuve les bonnes idées » explique Stéphane Martin. « Il est déjà possible de se pré-inscrire sur le site de lancement : www.danslejura.net, en créant son compte et un groupe thématique, selon ses centres d’intérêt, et non selon le traditionnel modérateur de recherche basé sur la commune de résidence. Inscrivez-vous et dites-moi quels sont vos besoins ! » Interpelle Stéphane Martin.

« Par ces pré-inscriptions, j’ai envie de tester mon idée. Je veux voir quel écho aura ce site et comment les gens veulent se l’approprier ».

Gratuit et ouvert à tous

« C’est un site créé sous un statut associatif, où j’ai posé volontairement une structure large et ouverte, afin d’échanger le plus possible sur ses envies, provoquer et encourager le rapprochement des habitants et acteurs du Jura, ainsi que le développement d’activités partagées. Un site gratuit et ouvert à tous : particuliers, associations, collectivités, commerces et métiers de services, qui peuvent être ainsi plus visibles et générateurs d’événements, même les plus petits. J’apporterai une modération si débordements il y a, notamment commerciaux. Et si besoin, certains groupes peuvent être fermés à ses seuls adhérents » précise le développeur web.

Car ce site doit évoluer selon les demandes de ses utilisateurs. « J’adapterai ce réseau social aux demandes. Il est né dans le haut Jura et se propagera dans le Jura, si cela répond à une attente ».

Contacts Stéphane Martin, au 07.83.44.80.15 et www.danslejura.net

Cette figurine Android a été vendue à presque 1 000 dollars

Si vous suivez l’actualité de la plateforme Android depuis ses débuts, vous connaissez certainement les « collectibles« . De petites figurines de bugdroid, la mascotte d’Android. Un modèle a été vendu près de 1 000 dollars sur eBay.

Figurine Android « Student Ambassador »

L’entreprise Dead Zebra s’est spécialisée dans la création de figurines et s’est associée avec Andrew Bell pour créer des figurines sur-mesure aux couleurs d’Android. Sous la forme de « collectibles », des éditions limitées ont été créées pour des départements de Google, des événements ou des ventes spéciales.

Comme tout ce qui se collectionne, ces figurines ont séduit plusieurs collectionneurs. Aujourd’hui, une vente s’est terminée sur eBay à 999 dollars pour la dernière enchère. Près de 1 000 dollars (936 euros) donc pour cette édition « Student Ambassador » créée en juin 2013. Le modèle est très recherché et on peut ainsi trouver plusieurs posts de collectionneurs à son sujet. Si la plupart des figurines ont été vendues sur le site officiel de Dead Zebra, cette dernière a sans doute été créée spécifiquement pour le programme ambassadeur étudiant de Google.

D’ailleurs, qu’est-ce que le programme ambassadeur étudiant de Google ? Sur le blog officiel de Google, on peut lire que ce sont « des étudiants leaders sur leur campus, qui se donnent pour mission de valoriser leur université ainsi que leurs communautés grâce à la technologie. Ils apprennent aux autres étudiants à utiliser les outils Google, tels que Google Apps for Education, Google Search for Educators et, dans certaines régions, YouTube for School, pour améliorer leur apprentissage au quotidien ». Finalement, ces figurines ont certainement été distribuées gratuitement à ces étudiants.

Instagram va proposer un mode hors-ligne sur Android, que pourra t-on faire sans connexion ?

A la conférence #F8, Facebook a annoncé qu’Instagram intégrerait désormais un mode hors-ligne sur Android.

Ancienne application Instagram

C’est la grande conférence de Facebook, #F8, les annonces sont déjà nombreuses, sur Messenger mais aussi pour la réalité augmentée. Dernière annonce en date : une fonction hors-ligne pour Android sur Instagram.

Un mode hors-ligne pour une application connectée ?

Cette dernière va vous permettre de préparer vos photographies à publier, les modifier et les enregistrer, ainsi que naviguer sur les photographies de vos amis chargées. Vous pourrez également commenter, toutes les données seront automatiquement envoyées une fois que votre connexion sera rétablie.

Pin It on Pinterest